"> Le voyage inoubliable de Steve TURNER - Cocoheinen, Blog CLIFF RICHARD | Bloguez.com - Bloguez.com
 

 Le voyage inoubliable de Steve TURNER (fin)

23/1/2013

Suite et fin de l'article de STEVE TURNER

"I searched the internet for information on Cliff’s Lucknow days and came across people who claimed to have played marbles  or gilli-danda (a traditional stick game) with him there. I also found Roy and  Jenny Ramble, an Anglo-Indian couple who had grown up in the city.

They agreed to take me to the place where  they believed Frederick William Webb had lived. After parking in a busy street  where cattle lay sleeping in the gutters, they escorted me along some quiet  alleyways to the walled compound of Maqbara Amjad Ali Shah.

We passed through a once-majestic but now  dilapidated gateway and into an enclosure with about 30 small houses. At the far end was the huge brown bulk of Sibtainabad Imambara, an arcaded mausoleum for  the Nawab of Oudh, who died in 1847.

We headed for house 27, home of the Rambles’ friend Marie Biswas. Grandfather Webb had lived next door at number 26. Mrs  Biswas’s single-storey home was a picture of refinement and delicacy, as was  she. "

 

J'ai cherché sur internet plus d'informations sur les jours passés à Lucknow par Cliff et suis tombé sur des gens qui prétendaient avoir joué  aux marbres ou gilli-danda (un jeu de bâton traditionnel) avec lui.  J'ai aussi rencontré Roy et Jenny Ramble, un couple d'anglo-indiens qui avait vécu dans la ville.

 

Ils ont accepté de m'amener à l'endroit où ils croyaient que Frederick William Webb avait vécu. Après un parking dans une rue très fréquentée où le bétail dormait près des gouttières, ils m'escortèrent le long des ruelles tranquilles vers l'enceinte fortifiée de Maqbara Amjad Ali Shah.

 Nous avons traversé une majestueuse passerelle aujourd'hui délabrée et une enceinte d'environ 30 petites maisons. Au fond apparaissait l'énorme mausolée de Sibtainabad Imambara, dédiée à Nawab d'Oudh, mort en 1847.

Nous nous sommes dirigés vers le numéro 27, une maison occupée par une amie des Ramble, Marie Biswas. Grand-papa Webb avait vécu juste à côté, au numéro 26. La maison de plain-pied de Mme Biswas était une image de raffinement et de délicatesse, tout comme elle.

 

La famille Webb: CLIFF a 18 ans, il chante accompagné par son papa qui joue de la mandoline, à la grande joie de sa maman Dorothée et de ses soeurs Donella, Jacqueline et Joan. (Coco fier d'avoir retrouvé cette photo!)

 

 

"There were ornaments and plates on glass  shelves, a neatly manicured garden with flowers and a copy of a Hilary Mantel  novel on the table. But the house next door, where Cliff had spent his blissful summers, was now locked up, shuttered and untended.

The once-white walls were defaced with dark  mould, small bushes sprouted from cracks in the masonry and the front gate was a  rusty orange. The owner, a local high court advocate, now uses it only to store  legal papers.

Mrs Biswas wished he’d sell up and let it be renovated. It had been a fascinating journey and as I left, I couldn’t help  thinking back to the family’s final few months in India. In the run-up to  independence, there were riots in Calcutta – at least 4,000 people were killed.

Cliff’s mother told me that during the worst  of it, she couldn’t see the water of the Hooghly river for dead bodies. They  took refuge with relatives before heading to Bombay and then sailing for  England, a country none of them had ever seen.

Cliff has always said that he finds it hard  to remember the India of his early years. After two weeks following in his  footsteps, I’ll find it hard to forget it."

 

Il y avait des ornements et des plaques sur les étagères en verre, un jardin soigneusement entretenu avec des fleurs et une copie d'un roman de Hilary Mantel sur la table. Mais la maison voisine, où Cliff avait passait ses étés plein de bonheur, était maintenant portes et volets fermés, jardin en friche.
 
Murs blancs abîmés, fissurés, grille d'entrée rouillée. Le propriétaire actuel, un avocat, utilisait cette maison uniquement pour stocker des documents.
 
Mme Biswas souhaitait qu'il vende et que l'on rénove.
 
J'ai fait un voyage fascinant et quand j'ai quitté, je ne pouvais m'empêcher de penser aux derniers mois de la famille en Inde. Dans la période précédant l'indépendance, il y a eu des émeutes à Calcutta – au moins 4 000 personnes ont été tuées.
 
La maman de Cliff m'a dit qu'au plus fort de cette guerre, elle ne pouvait voir que des cadavres dans l'eau  de la rivière Hooghly. Ils se réfugièrent chez des parents avant de se rendre à Bombay et ensuite naviguer vers l'Angleterre, un pays, qu'aucun d'entre eux n'avait jamais vu.
 
Cliff a toujours dit qu'il lui était difficile de se rappeler l'Inde de ses premières années. Après deux semaines à la poursuite de ses traces, j'oublierai (ce voyage) difficilement

 

 

Category : Musique (CLIFF Richard) | Write a comment | Print

Comments

serge.g , le 23-01-2013 à 14:44:57 :

bonjour

bravo à coco pour ces articles et un grand bravo à Lili pour ces commentaires!! serge

Carmen de Ghoy, le 23-01-2013 à 12:18:46 :

Sur les traces du jeune Cliff

Bonjour à tous

 

Hélas, tout à une fin, c'était captivant Coco, merci pour la traduction et la recherche.

Belle photo de Cliff en famille.

Bon mercredi, froid et avec du brouillard givrant

lilithewitch, le 23-01-2013 à 09:14:49 :

Cliff et ses souvenirs d'une enfance joyeuse en Inde

En lisant l'article de Steve Turner j'ai dû constater qu'il n'est pas aussi bien informé que nous sur les souvenirs d'enfance de notre idole. Cliff se rappelle de bien de choses, la chaleur qui lui a toujours manquée après avoir quitté son pays natal, il parle souvent des jeux de cerf-volant avec ses copains, qu'il n'a jamais porté de chaussures mais courrait pieds nus comme tous les enfants... il n'a jamais oublié les senteurs d'épices et la vie aisée en Inde. Ils appartenaient à la société des gens fortunés et tout était fini dès qu'ils ont pris le bâteau pour la Grande-Bretagne. Quand les émeutes devenaient dangereuses, le papa de Cliff décidait de partir pour vivre en sécurité et pensait s'établir avec sa famille en Australie, mais la maman désirait qu'ils partent pour l'Angleterre. Le premier choc positif auquel Cliff se souvient c'était la nature verte, les arbres aux feuilles vertes, l'opposé à l'Inde où le paysage reflète le ton de la terre et où tout est poussiéreux... il a de suite adoré les couleurs de sa nouvelle patrie.
Merci pour la traduction du texte Coco, tu auras fait des heureux
cliffamicalement

cliffette, le 23-01-2013 à 07:42:33 :

Belle série d'articles qui se termine !

Maintenant place à l'actualité de Cliff !
Bonne journée à tous.